Aller au contenu


Accueil > Présentation > Axes de recherche

Axe 2 - Vie mutualiste : l'engagement des sociétaires

L’implication des sociétaires dans la gouvernance de leur banque est une condition pour le bon fonctionnement du modèle mutualiste. Historiquement, les coopératives financières se sont développées autour de la réalité tangible des caisses locales (par exemple, les paroisses catholiques pour les caisses populaires Desjardins au Québec).

La gouvernance décentralisée favorise cet ancrage local, chaque caisse est une entité indépendante avec son propre conseil d'administration. Cependant, ce modèle de gouvernance très ancré dans le "milieu" est potentiellement remis en cause par l'avènement des services financiers virtuels et la fragmentation de notre vie (nous travaillons à un endroit, vivons à un autre endroit, et possiblement déménageons souvent). Ainsi, force est de constater que l’implication des sociétaires dans la vie de leur caisse locale est en baisse et que les leviers sont encore peu maîtrisés.

C’est pourquoi, le projet de recherche vise à analyser :
  1. les déterminants du passage d’un statut de client à celui de sociétaire et l’impact du sociétariat en termes de fidélité.










La perception de leur banque coopérative par les clients du Crédit Agricole
 



Zoom sur un travail doctoral

Le sociétaire mécontent: Un client comme les autres?

En 2013, la banque coopérative Crédit Agricole comptait près de 7,5 millions de clients sociétaires. Mais qu’est-ce qui différencie ces clients des autres ? Dans les faits, ils sont propriétaires de leur banque, puisqu’ils ont souscrit à une part du capital de cette dernière, et disposent tous d’une voix lors de l’assemblée générale annuelle de leur Caisse Locale, conformément au principe coopératif « un homme = une voix ». Mais qu’en est-il de leur engagement ? Sont-ils effectivement plus engagés que les autres ?

En savoir plus...
Université de Lyon